AARP a été en charge de la réalisation du guide « Bibliothèques, accessibilité et handicaps » pour la collection Culture et handicap et de l’établissement du diagnostic accessibilité pour le musée des Augustins à Toulouse. L’ambition que nous nous donnons est d’intégrer les « contraintes » relatives à l’adaptation des espaces dans la prise en compte des handicaps afin d’en faire des constituantes du projet. A titre d’exemple, les rampes ne sont pas réservées aux seules personnes à mobilité réduite mais font partie du parcours architectural, les éléments contrastés et podotactiles ne sont ajoutés en fin de conception mais font partie intégrante des choix de matériaux dans leurs déclinaisons (textures, teintes…). Les adaptations se doivent être non discriminantes pour les personnes handicapées, les parcours sont partagés par tous et ce dans un souci d’ergonomie globale intégrant les personnes valides, les parents avec poussettes, les personnes …
La question du handicap est à prendre en compte en amont et à chaque étape du projet. Les échanges entre les acteurs et les usagers permettent de prendre conscience de la réalité, des besoins, des attentes et des difficultés dans l’objectif de développer un projet cohérent, fonctionnel et opérationnel pour chaque utilisateur. Cette démarche commune est un moyen de garantir la qualité d’usage pour tous.
Le processus du projet regroupe différents acteurs, à différentes phases. Pour commencer, le maître d’ouvrage, commanditaire du projet, s’entoure de techniciens compétents dans les normes d’accessibilité pour pouvoir intervenir dès les premières phases. Ils déterminent ensemble, à l’aide d’études préliminaires, des objectifs clairs, un plan d’action et une programmation architecturale, en cohérence avec la faisabilité du projet (analyse de tous les paramètres tel que la définition d’un planning, estimation des dépenses sur la réalisation et l’exploitation, obtention des autorisations d’urbanisme, environnement social, etc.).
Des allers-retours permanents sont à prévoir entre le maître d’ouvrage, le programmiste, les techniciens et les associations de personnes handicapées. Le but étant d’avoir une première visibilité sur la façon de conduire le projet et d’éviter les dysfonctionnements une fois celui-ci terminé.

Maître d'ouvrage: Ministère de la culture