Les plans d'urbanisme de Léon Jaussely, tant français qu'étrangers, n'ont jamais été appliqués, comme d'ailleurs, la plupart des plans d'Aménagement d'Embellissement et d'Extension issus de la loi Cornudet. Il parait pourtant difficile de faire le procès de Jaussely pour son irréalisme. Les problèmes d'une ville qu'il stigmatise dans ces plans sont souvent réels. Jaussely sait que son plan de Barcelone est abandonné dix ans plus tard, que son plan pour Paris n'est que très peu suivi, que son projet pour le quartier de la gare de Grenoble est modifié. Mais jusqu'à quel point est-il dupe du décalage qui existe entre le plan et son application ? Le décalage entre les plans issus de la loi Cornudet et la réalité trouve sa source dans le texte législatif qui les a promus, avec la différence d'échelle entre le plan de l'urbaniste qui aborde la ville dans sa totalité et la municipalité qui utilise ce plan à la parcelle. Il est donc difficile, soixante après, de refaire le procès de ces plans en déclarant que rien de ce qu'ils avaient prévu n'a été réalisé. L'intérêt des plans d'urbanisme de Léon Jaussely réside dans la volonté d'établir un projet d’ensemble pour la ville sur la longue durée et dans la conceptualisation des éléments qui permettent la composition, le contrôle et la gestion de cette même ville.


Équipe: Rémi Papillault, PVP en Mutation (Équipe de recherche)


BIBLIOGRAPHIE
“Léon Jaussely ou l’urbanisme comme science 1900-1930”; Conférence dans le cycle De l’art urbain à la ville territoire, SFA, Paris
"L'urbanisme comme science ou le dernier rêve de Léon Jaussely" in Toulouse. 1920-1940 La ville et ses architectes, CAUE, École d'Architecture de Toulouse, Ed. Ombres Blanches, 264p. Ch. III, de p. 24 à 39