La transformation des abattoirs de Toulouse construits au 19ème siècle en Centre d’art moderne et contemporain requiert une analyse et une interprétation de cette architecture.
La composition de 1827 de Urbain Vitry est typique de l’adaptation du plan basilical aux nouveaux programmes architecturaux du début du dix-neuvième siècle.. Les modèles d’inspiration de l’architecte issus de ses visites parisiennes et de la lecture des traités seront adaptés à la forme triangulaire du terrain, et réglés sur les proportions de la nef de l’église Saint-Sernin de Toulouse pour laquelle, la même année, Virebent, l’architecte en chef de la ville, projetait un plan d’aménagement et de mise en valeur. C’est donc la monumentalité, la simplicité du langage néoclassique, le rationalisme du plan, la symétrie, les rapport géométriques et la terminaison en hémicycle qui confèrent à ce bâtiment un haut niveau d’abstraction, supérieur à celui d’un édifice utilitaire classique.
Afin de s’inscrire dans la composition du bâtiment, toute nouvelle transformation nous paraît devoir restituer les volumes originaux de Vitry en rétablissant «à l’identique» la pavillon latéral manquant. Le changement d’image des abattoirs en musée ne pouvait pas, pour nous, porter sur le pavillon latéral ; au contraire, une écriture contemporaine à cet endroit ne pourrait que distraire des enjeux essentiels à cette mutation. Nous pensons que cette transformation doit s’appuyer sur une intervention par touches et exploiter, dans une relecture contemporaine, les qualités d’équilibre et de symétrie de l’ensemble.


Rémi Papillault, Antoine Stinco

Les Abattoirs Éditions, Toulouse, 2000.
26,2 x 20,5 cm. 117 pages Illustrations couleurs et noir & blanc.
ISBN 2-914397-00-3 (br.) liens : http://www.lesabattoirs.org/