«L’exposition «Chandigarh la ville indienne de Le Corbusier» qui vient d’avoir lieu au Musée des Années 30 de Boulogne Billancourt a évoqué au travers de films, plans et oeuvres plastiques la conception et la croissance de cette ville. Le colloque réunissant des architectes, historiens et plasticiens était lui centré sur la question plus spécifique de l’inachèvement d’une oeuvre, en l’occurrence le Capitole. Des débats sont ressortis que cinquante ans après le début de sa conception la ville de Chandigarh est à un moment charnière de son existence à l’échelle de la ville et de son territoire large, à l’échelle du capitole et de ses bâtiments. Nombreux sont les articles qui auront critiqué la fragilité de cette ville, de son étendue, de l’excessive largeur de ses voies, de son Capitole trop large et mal fini, et par dessus tout de son manque d’adaptation à la culture indienne. Cette ville prévue pour 150 000 habitants compte aujourd’hui près de 1,5 millions. Le train rapide qui relie Chandigarh à Delhi fait qu’industriels et commerçants viennent s’y installer profitant du réseau d’équipement d’écoles, collèges, hôpitaux. Cette ville qui aura existé pendant cinquante ans grâce aux subventions de la capitale prend aujourd’hui de l’autonomie. Ce succès fait qu’elle doit pour son devenir remettre en question des principes mis en place par Le Corbusier à l’origine du plan.»


Somogy Éditions, Musée des Années 30, Boulogne Billancourt, 2002.
22 x 14 cm 128 pages 40 illustrations couleurs
liens : http://www.somogy.net/fiche.php?ref=2-85056-550-4&cat=12