La ville de Grenade comme modèle d’urbanisme.
Fondée en 1290 par les moines de l’Abbaye de Grandselve, la ville de Grenade est un exemple caractéristique des bastides du Sud-ouest, citée dans tous les manuels d’histoire urbaine au même titre que Monpazier. Cette bastide a su se développer sur le tracé d’origine en se densifiant selon les principes d’origines.
Autour de ce plateau, la Save et la Garonne coté Grenade, le canal et la rivière de l’Hers coté Saint-Caprais, définissent des territoires inondables occupant près de la moitié de la surface de la commune. Dans l’histoire, de terribles et nombreuses inondations viennent régulièrement rappeler la dangerosité de toute construction à proximité du lit de fleuve. La force de son plan vient de la régularité géométrique et de son tracé, calés sur la superbe halle au centre de la composition.
Cette halle est le module de base d’où part une double voie de 4km de long reliant d’amont en aval, le port haut et le port bas sur le fleuve Garonne. Cette double voie distribuait aussi les jardins, potagers, vergers et terres agricoles à proximité immédiate de la ville.
Ce plan d’origine a servi de base à l’extension jusque dans les années 1970 où on l’a perdu pour laisser partir l’étalement urbain à vau l’eau pour un massacre territorial d’ampleur.
En prolongation de ce que nous avions proposé pour le concours de 2002, notre plan tente de raccrocher les différents éléments autour de la transformation-évolution du plan de 1290.


Équipe: Urbane (urbanistes mandataires), Juliette Favaron (paysagiste), AARP-architecte,
Maître d'ouvrage: Ville de Grenade
Date de réalisation: 2009-2010
Coût des études: 95 000 euros