L’immeuble du Grand D’Indy situé rue de Kiev à Reynerie compte 243 logements, soit plus de 1200 habitants : un village vertical de 10 étages mais sans service, équipement et très peu ou pas d’espaces communs.
L’idée développée ici est d’intervenir à toutes les échelles en travaillant conjointement sur les notions de « résidentialisation ouverte » et « d’intensification d’usage ».
A l’échelle urbaine le projet s’inscrit dans l’aménagement des espaces publics de la rue de Kiev qui joue dans un équilibre entre plots d’activités, ville passante, paysage et lisibilité dans un changement radical de cet espace.
A l’échelle du pied d’immeuble il s’agit d’intervenir sur la lisibilité des cheminements, la qualification des entrées, la sécurisation du stationnement, l’appropriation des espaces par une zone de mécanique automobile, des jardins partagés et des locaux communs .
A l’échelle de l’immeuble nous proposons une intervention sur la distribution verticale. Les immeubles du Mirail fonctionnent par une distribution en tripode avec coursive aux 5 et 9° étage puis accès secondaire par escalier. En ajoutant des ascenseurs aux cages d'escalier nous obtenons une desserte à chaque niveau et de fait sont créés des unités immobilières de plus petite dimension à vingt logements.
Le traversant, la tripartition, les grandes surfaces, l’espace en plus donnent aux cellules du Mirail une qualité d’habiter rarement égalée dans le logement social. Nous proposons de renforcer cela par une épaisseur de loggia apposée en façade sud qui permettra de donner des espaces extérieurs au logement et de faire apparaître les signes de l’appropriation de l’immeuble par ses habitants. A cette fin une boîte à outil de dispositifs dedans-dehors, d’espaces communs et d’appropriation de coursives est donnée aux choix des habitants.


Équipe: AARP- architecte, SLH, BET
Maître d'ouvrage: Habitat Toulouse,