Façonnés par des siècles d’histoire, les centres et les quartiers anciens constituent des ensembles patrimoniaux que les outils d’urbanisme tels que l’Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) permettent de préserver et de valoriser.
Loin du seul concept d’héritage culturel, la notion de patrimoine dans les secteurs protégés intègre les problématiques actuelles de qualité urbaine et environnementale, de reconquête de logements, de mixité sociale et des fonctions, d'accessibilité. Dans cette politique ambitieuse de reconquête des cœurs de villes, la formation des acteurs publics et privés est essentielle, de même que la sensibilisation de la population locale à son cadre de vie.
Le 14 juillet 2010, la loi Grenelle II a remplacé l’outil ZPPAUP par les Aires de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP). Le décret du 19 décembre 2011 est venu préciser les modalités de mise en place et d’animation de ces AVAP créées sur des territoires présentant un intérêt culturel, architectural, urbain, paysager, historique ou archéologique.
Au travers de cette opération, la ville s’inscrit dans une démarche volontaire de projet qui sera débattue avec les représentants de l’État dans un objectif commun de développement et de mise en valeur du centre historique de Castres.

Dans le cadre du Comité Locale de l’AVAP, en lien avec l’Architecte des Bâtiments de France a été mise au point.


Équipe: AARP-architecte, (mandataire), Marion Sartre architecte du patrimoine, Bulle Chaulliac paysagiste, Nacarat archéologie et patrimoine couleur
Maître d'ouvrage: Ville de Castres
Coût d'études : 135 000€