L’étude consistait à définir pour la ville de Mirepoix le choix le plus adapté entre une AVAP (Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine) appliqué sur le grand paysage ou/et un PSMV (Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur) limité au cœur médiéval, en s’appuyant notamment sur l’évaluation patrimoniale d’un corpus de bâtiments.
En prenant en compte les différentes procédures de PSMV et AVAP nous avons défini une grille d’analyse sur un bâtiment pilote avec, dans le même temps, l’élaboration d’une liste de 15 bâtiments, comprenant au moins : une maison sur la place principale et une maison bourgeoise à cour, en essayant d'associer des bâtiments avec protection MH (comme les couverts en bord de place) et des bâtiments sans protection.

Sur la base de l’étude de ce corpus de bâtiments nous avons obtenu une première grille de datation patrimoniale qui pourra fonctionner pour l’ensemble en distinguant éventuellement le niveau d’information qui relèverait soit de l’AVAP soit du PSMV. Cette grille d’analyse se base sur :
• Analyse cadastrale de l’évolution du bâti : la parcelle, le bâti et l’échelle urbaine.
• Analyse stylistique de l’évolution du bâti : l’écriture architecturale, la composition.
• Analyse des constructions sur les modes constructifs : pans de bois et pierre

Excepté quelques parties, la ville de Mirepoix aura été préservée de l’étalement urbain. Un patrimoine paysager d’ampleur perdure suffisamment pour que nous ouvrions la question de la délimitation de l’AVAP en allant chercher jusqu’à un bassin versant visuel de grande échelle.



Équipe: AARP-architecte,
Maître d'ouvrage: Ville de Mirepoix